FANDOM


Sommaire


Les Mettenheim

"Jamais il n’a coulé autant de sang que sur ce tas de rochers stériles appelés Mettenheim, peuplé uniquement par des pirates et des bandits." - Conquistador Diego de Barclay"

Il semblerait qu’à l’origine s’était un volcan jailli loin des terres Pendoriennes, les Mettenheim sont reconnus pour être des forgerons exceptionnels. Même leurs navires, appelés les "Ironclad" par les gens de Pendor sont un spectacle merveilleux. Même les Noldor ignorent le secret de la métallurgie des Mettenheim. Leurs unités pédestres sont équipées d’une armure de plaque lourde et presque inexpugnable fabriquée par leurs soins. Leurs zweihanders peuvent déchirer les armures les plus lourdes même recouvertes de plaques, comme si c’était du beurre. Le Mettenheim ne monte à cheval, et des rumeurs prétendent que le visage des chevaux rappelle aux hommes Mettenheim le visage de leurs épouses. Leurs troupes sont des unités exclusivement pédestres, et leurs troupes de niveau supérieur sont connus pour manier de puissantes épées à 2 mains. Ils peuvent souvent être aperçus formant une petite armée errante, ils peuvent être engagés aussi comme mercenaires dans une quête de courtoisie. Vous ne pourrez pas les recruter dans une taverne. Eux aussi ont un ordre de Chevalerie, le Fol Espoir. Rejoints par des hommes plus âgés qui attachent moins de prix à la vie, ils s’exercent à jouer de l’Épée et des Zweihanders avec beaucoup d’effet, en dépit que leur force tend à décliner. Ils endossent la lourde et puissante armure Forlorn plaquée avec l’espoir qu’elle les protège contre les flèches des archers jusqu'à ce qu'ils soient près de leurs ennemis. Après avoir atteint leurs ennemis, ils peuvent facilement percer les rangs de l'infanterie et de la Cavalerie avec leurs puissantes épées.

Leurs unités sont :

Infanterie régulière Mettenheim • Arbalètriers ordinaire Mettenheim • Espadon Mettenheim • Hauptmann Mettenheim • Fol Espoir Mettenheim


Histoire de Mettenheim , Histoire de Aysenburg


Personne ne sait exactement quand l'île volcanique de Aysenburg a été colonisée. Les premiers témoignages consignés sur Aysenburg relatent l’existence d’un petit entrepôt de commerce. Les navires appartenant à l'Empire Baccus auraient souvent jetés l’ancre près de l'île pour se ravitailler lors de leurs voyages vers Barclay et Pendor.

196 - Le vrai potentiel de l'île n'a pris vraiment de l’importance qu’à partir du moment où la Chambre des Lords Fierdsvain de Pendor a découvert d’énormes gisements de fer dans les montagnes de Aysenburg. Cette situation a incité l'Empire Baccus à créer une colonie permanente à cet endroit, financés par des fonds impériaux. Cette colonie va se développer et devenir la capitale connue sous le nom d’Ijzerstat.

198 – La chute de Pendor deux ans plus tard, a provoquée le chaos dans le monde entier. Barclay et l'Empire Baccus sont entrés en guerre les uns avec les autres pour tenter de prendre le pouvoir de Pendor, laissé à l’abandon. Aysenburg était une cible évidente d'une importance stratégique pour les deux grandes puissances. Les mines de fer en grandes quantités étaient très convoitées et indispensables à l'effort militaire de Baccus, et Barclay voulait absolument priver Baccus de ce fer si nécessaire. Dans ce but, un certain nombre de batailles ont été livrées sur le sol d’Aysenburg.

203 - Barclay finalement prit le dessus sur Baccus qui fût obligé de signer une trêve fragile. Baccus, jeta un regard vers Pendor déchirée par la guerre, déterminé à garder ses armées de vétérans en réserve. Un an plus tard l'invasion de Pendor était lancé sous le commandement du général Oasar.

204 - Plusieurs mois plus tard, les colons d’Aysenburg découvrent que l'Empereur de l'Empire Baccus a été assassiné. Une semaine après cette tragédie la garnison a été remobilisée, afin de réprimer le soulèvement du peuple des montages de la patrie Baccus.

205-214 - Pendant plusieurs années, Aysenburg devint un petit état autonome, ayant perdu tout contact avec l’administration impériale. Pendant ce temps Aysenburg ouvre ses frontières pour permettre la libre immigration, et a bénéficié d'un boom économique dû à l’afflux de réfugiés venant de Baccus et de Pendor venus chercher la sécurité sur l'île, ils ont du même coup trouvé du travail dans les nombreuses mines de fer. Même les artisans de Barclay ont émigré dans le but d'utiliser la matière première abondante dans les mines. Tout cela a contribué au développement de l’industrie de la métallurgie sur toute l’île.

215 - Malheureusement les Pilleurs Vanskerry augmentèrent leurs raids à cause de leur licenciement en tant que mercenaires par l'Empire Baccus. Dans la foulée, ils découvrirent le commerce lucratif qui se développait dans Aysenburg, et étant donné qu’ils avaient un énorme besoin d'armes et d’armures pour leurs incursions dans Pendor, leurs raids devinrent systématiques. Pour empêcher ces incursions, il devint nécessaire de cantonner une armée puissante et permanente dans Aysenburg, en cas d’attaque, les villageois; hommes femmes et enfants couraient se réfugier dans les mines et ainsi se mettaient hors de vue de tous navires Vanskerry.



Aysenmontana: une province de Barclay

216-219 - Les citoyens envoient une délégation diplomatique à Barclay, proposant des offres commerciales en échange d'une protection militaire. Un contingent de Chevaliers de l'Aube arriva bientôt, et les attaques Vanskerry stoppèrent, ainsi Aysenburg devint à nouveau une plaque tournante pour le commerce. Suivit une vague de gouverneurs et de fonctionnaires venus de Barclay, l'île fut alors annexée par l’Empire en tant que province. Barclay se trouva bientôt dans la position enviable d'être la seule puissance régionale en paix, effectivement des troubles internes sévissaient toujours dans Baccus et Pendor.

220 – Barclay, elle-même ne fût pas épargnée par les luttes internes, en effet les Ordres de l'Aube et du Crépuscule se firent ouvertement la guerre les uns contre les autres, et les purges dirigées par l'Ordre de l'Aube marquées de cruauté laissèrent un souvenir indélébile dans la mémoire du peuple. Bien que, parfois, les gens d’Aysenburg demandaient du bout des lèvres des services à la garnison des Chevaliers de l'Aube, ils étaient moins tyrannisés en cas de violation de la loi. Un des marchands les plus respectés de la province a été exécuté pour la vente « d’articles" inflammatoires ». En guise de représailles les citoyens d’Aysenburg décrétèrent un embargo sur l’ordre de l’Aube. Comme l'Ordre se préparait à mettre en œuvre la volonté d’Astrea en retour à cette insulte, ils ont été rappelés à Barclay sur le champ pour lutter contre la menace de l'Ordre naissant du Crépuscule.

221-224 - Une fois de plus les gens d’Aysenburg étaient abandonnés à leur propre sort, sans armée défensive, ils demandèrent la permission à la couronne Barclay de pouvoir constituer leur propre armée. Malgré la situation dramatique qui se déroulait dans sa maison, et tout en gardant un œil méfiant sur la montée en puissance du Culte du Serpent dans Baccus, le Roi donna son accord.

Mauritz Van Mettenheim

225-229 - Les citoyens de Aysenburg instaurèrent des taxes de défense sur les exportations qui leur ont permit de financer la création de leurs propres forces armées. Un commerçant jeune et brillant connu sous le nom de Mauritz van Mettenheim a été élu pour superviser la création de l'armée. C’était un homme bien éduqué et prudent, qui a décidé de lever une armée basée sur les théories de l'ancien Empire Baccus qui a donné de l’importance à une infanterie lourde, combinées avec la l'utilisation des arbalétriers. L'île est montagneuse et bien défendable, mais mal adaptée à l’utilisation des chevaux, Mauritz abandonna toute notion du maintien d'une unité de cavalerie. Au lieu de cela, il a équipé le noyau de son armée avec des épées à deux mains capables de démonter un cavalier au galop. Sachant qu'il était plus doué en administratif qu’en stratégie, et qu’il manquait d’expérience de guerrier, il a recruté un ancien capitaine mercenaire du nom de Wolfgang, cet homme sera le commandant de son armée sur le terrain.

230 - Après environ cinq années de préparation et de formation, Azi Dahaka a finalement envoyé ses sbires à Aysenburg. Une fois que les navires furent repérés, Aysenburg envoya des messages urgents à Barclay pour demander de l’aide, mais ils arrivèrent au moment où les troubles entre les Ordres belligérants étaient au plus haut, les messages ont été ignorés. Il n’y avait plus aucun espoir de recevoir de l’aide de la part de Barclay. Mauritz et sa nouvelle armée se sont retrouvés seuls face à leur destin... Le Culte du Serpent. L'île n'avait pas de marine à cause du manque de bois, et la flotte de Barclay se préparait à expulser l'Ordre de l'Aube hors de Pendor. Les premières semaines les deux armées jouaient en quelque sorte au chat et à la souris, l'armée du Culte du Serpent essayait d’accoster en force mais était systématiquement refoulée. Cependant, après maints essais, ils réussirent à débarquer et c’est alors qu’on assista à la première grande bataille, où l’on pu voir les soldats inexpérimentés d’Aysenburg, dirigé par Wolfgang faire face aux rangs serrés de Culte du Serpent. La bataille fut un carnage, et les soldats d’Aysenburg furent bientôt obligés de battre en retraite. Mauritz essaya désespérément de maintenir son armée opérationnelle de façon à retarder l'avance de Culte du Serpent. Peine perdue, l’armée de Culte du Serpent réussit à pénétrer dans les murs de la capitale; Ijzerstat. Une flotte de bateaux de pêche a été réquisitionnée et une évacuation de l'île préparée, toutefois un certain nombre de soldats dû rester pour couvrir les arrières tandis que le reste était évacué. Mauritz a donné un discours des plus passionnés, où il appela des bénévoles à devenir «la lumière qui brille, la dernière balise de la fortune, et à devenir, le Fol Espoir d’Aysenburg". L'armée entière répondit à son appel de ralliement et Mauritz a pris lui-même le commandement des troupes et a préparé un certain nombre de plans tactiques expérimentaux, qui allaient être appelés plus tard... Révolution. La bataille fût engagée et les forces sous le commandement de Mauritz érigèrent un barrage infranchissable, faisant rang après rang un feu nourrit, et maintenant en continu une pluie de flèches sur l'ennemi jusqu'à ce que le bataillon avec les grandes épées ait gagné assez de terrain pour provoquer des dégâts conséquents sur les troupes ennemies. C'était la première victoire pour le peuple d’Aysenburg, à partir de là, ils étaient en mesure de résister une année entière jusqu'à ce que des troupes arrivent en renfort de Barclay, et ensemble convergent vers les troupes du Culte du Serpent.

232 - Les habitants d’Aysenburg étaient furieux contre le retard des renforts des troupes de Barclay et les revendications d'indépendance atteignirent un nouveau sommet. Les gens se tournèrent vers leur nouveau héros, Mauritz, mais il ne souhaitait pas se retourner contre Barclay, et a réussi à maintenir un semblant d'ordre. Barclay a ensuite imposé une taxe de guerre afin de mobiliser davantage de troupes pour lutter contre le Culte du Serpent, mais les gens d’Aysenburg se sont retrouvés alourdir par le nouvel impôt. Le Peuple laissa éclater sa colère une fois de plus, et Barclay craint pour l'armée en poste à Aysenburg et lui demanda de se déplacer vers Barclay. Mais les habitants d’Aysenburg virent cette tentative de retrait comme un subterfuge de la part de la noblesse afin de protéger leurs précieux châteaux et leurs fiefs. Mauritz alla à la rencontre du nouveau gouverneur imposé par Barclay pour tenter de négocier un accord pour maintenir l'armée en place, mais il a était aussitôt arrêté pour trahison. Il a été enfermé, et alors qu’il était sur le point d ‘être expédié à Barclay, Wolfgang et un groupe de vétérans se faisant appeler le Fol Espoir vinrent le libérer. Mauritz a immédiatement appelé à l’expulsion de tout le personnel de Barclay résidant à Aysenburg et a pris le contrôle du gouvernement. Une semaine plus tard, le roi de Barclay reçu la déclaration officielle de l'indépendance de la nouvelle nation du Mettenheim.

Arbalétriers Mettenheim régulières

Le fol espoir

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard